Le dimanche, un poème et une image.

 

Un poème de Manuel Alegre de Melo Duarte et deux photographies de Patricia Tutoy.

 

 

Virus.

 

Le trou d'ozone se trouve dans les vers

il y a un fleuve pollué un emphysème

la ville agonisante et deux tiers

de l'humanité en dehors du poème.

 

Il y a un virus dans les syllabes d'avril

un poison dans le rythme et dans le mot

il y a des oiseaux qui apportent Tchernobyl

et l'eau qui parlait ne parle plus.

 

Dans la terza rima altération génétique

il y a une araignée qui chante comme une alouette

les jambes en l'air Hegel et l'esthétique.

 

Voici l'enfer. Il n'y a plus Virgile

pour me guider vers un royaume d'harmonie.

C'est pourquoi mon chant est un nouvel exil.

 

Manuel Alegre de Melo Duarte (Águeda, 1936), Virus in Oeuvre poétique, Obra poética, volumes I et II, 1989, réédité en un seul volume en 1998.

 

 

IMGP5572.JPG

 

IMGP5584.JPG

 

Bure (Meuse, Lorraine), le 5 mars 2011. Photographies : Patricia Tutoy.


Retour à l'accueil