Cahiers et veste sous le bras, l'enfant du peintre italien Vincenzo Irolli fut-il chassé de l'école ? Sa main droite essuie des larmes. Boude-t-il ? Est-il fatigué ? Est-il triste ? Est-il en colère ? Pleure-t-il un renvoi de la salle de classe ou bien l'absence du père probablement parti à la guerre en ces années 1940 ? Ses camarades l'ont-ils malmené ? L'institutrice (ou l'instituteur) a-t-elle manqué de patience face à cette classe de garçons peut-être chahuteurs parce que chahutés par les événements de la Seconde guerre mondiale ? Fut-il chassé comme le sont, dans la France de 2010, les enfants des travailleurs sans papiers et de toutes les personnes venues chercher refuge loin de leurs coins de Terre meurtris ?

Vincenzo Irolli Il bambino cacciato
Il bambino cacciato, L'enfant chassé, années 1940, huile sur toile, 59 x 44,5 cm.


Vincenzo Irolli Autoritratto
Vincenzo Irolli (Naples, 1860-1949), Autoportrait, non daté.

 

Retour à l'accueil