Le dimanche, un poème et une image (voire plusieurs).


Un poème de Niccolò Tommaseo et des images de John Wright.

 

 

 

Vies latentes.

 

Comme gardent la vie et leurs vertus latentes
La graine sous sa peau, la pholade1 en sa coque,

Ainsi dans le métal et la pierre peut-être

Se couvent de vivants germes que l'homme ignore.

Comme respire et dans la mer croît le corail,

Le sable ardent peut-être et le roc glacial

Se sentent exister : et le sol qui s'émeut

Tremble d'amour peut-être et mugit de douleur.


Cette planète, qui tant de vies nourrit

avec une vigueur divine le mystère,

A peut-être la sienne elle aussi : les puissances
De feu2 peut-être, qui ont l'empire des mondes,

Gouvernent celle qui, impétueuse ou calme,

Répond aux mouvements de la pensée d'un autre,

Comme un troupeau dompté, docile, ouvre la terre,

Comme au combat superbement les chevaux brûlent.

 

Niccolò Tommaseo (Sibenik, Dalmatie, 1802 - Florence, 1874).

 

 

1Pholade : mollusque bivalve à coquille blanche qui creuse des cavités dans les rochers.

2Puissances de feu : les anges.

 

Joseph-Wright-of-Derby.-A-View-of-Mount-Etna-and-a-Nearby-T.jpg
John Wright, Une vue de l'Etna et de la ville à proximité, circa 1775.

 

Joseph-Wright-of-Derby.-Vesuvius-in-Eruption.-1774-jpg
John Wright, Vésuve en éruption, 1774.

 

Joseph-Wright_Vue-depuis-Portici--1774-1776-.jpg
John Wright, Vésuve en éruption, vue depuis Portici (1774-1776).

 

Joseph-Wright-_-Vesuvius-in-Eruption.-c.1777-80-jpg
Joseph Wright, Vésuve en éruption, circa 1777-80.

 

John-Wright_Vesuve-depuis-Posillipo_1788.JPG
John Wright, Vésuve vu depuis Posíllipo, 1788.


Retour à l'accueil