Le dimanche, un poème et une image.


Un poème de Federico Mennini et une image de Patricia Tutoy.




Les fleurs et sa dame.

Tandis que, les pieds nus parfois, tu vas foulant,

Ô Nicée, les chemins les plus tendres du pré,

Vers le double levant, non du dieu paré d'or,

Mais de tes yeux si beaux, l'on voit tourner Clytia*.


Sur la plèbe des fleurs, tel un géant se dresse

Le lis, pour contempler ton visage adorable,
Et la brise vagabonde vient courtiser

Ta beauté, bien plus que ce peuple parfumé.


Vois, la reine des fleurs, dans les piquants buissons,

S'accoutume sur ton passage à se teinter

D'une vive rougeur et d'un courroux charmant.


Et des trois langues qui sont l'image du feu,

Pour rendre à ta beauté son tribut de louanges,

Ne parle que de toi, tout épris, le crocus.


Federico Mennini (Gravina, 1636 – 1712), médecin, auteur de Poesie (1669).


* Clytia, amante malheureuse du Soleil, eut pour rivale Leucothoé, qui ne fut pas plus fortunée qu'elle.



IMGP7615.JPG
Crépy-en-Valois, rue des Pivoines, Crocus du jardin, le 12 mars 2010. Pour Duszka et Bernard.


Retour à l'accueil