Giovanni Malatesta dit Gianciotto est connu pour avoir tué son épouse infidèle Francesca da Polenta dite aussi da Rimini et son amant Paolo Malatesta. L'histoire de Francesca et Paolo, frère de Giovanni, est racontée par Dante Alighieri dans le Chant V (vers 88 à 142) de l'Enfer, issu de son oeuvre magistrale la Divine Comédie. Ce Chant se déroule dans le second cercle où sont punis les luxurieux, impudiques et morts par amour ; la scène a lieu dans la nuit du 8 au 9 avril 1300 ou, selon d'autres sources, dans celle du 25 au 26 mars 1300.


Alegorical-portrait-of-Dante--Agnolo-Bronzino--c.-1530.jpg

Agnolo Bronzino, Portrait de Dante Alighieri, circa 1530. Le livre que tient Dante est un exemplaire de la Divine Comédie, ouvert au Chant XXV du Paradis.


L'histoire de Francesca et Paolo appartient à ces histoires d'amour louées par la littérature au même titre que celles de Juliette et Roméo, Yseult et Tristan, Héloïse et Abélard, Guenièvre et Lancelot, Ariane et Solal, Virginie et Paul, Laura et Pétrarque, Béatrice et Dante Alighieri, entre autres. Les écrivains ne furent pas les seuls à narrer ces histoires. Des peintres et des sculpteurs ont également immortalisé quelques-uns de ces amours contrariés.

(Re)découvrons aujourd'hui l'histoire de Francesca et Paolo à partir des vers de Dante Alighieri et des oeuvres d'artistes. Les représentations picturales ou sculpturales de Francesca et Paolo sont fort nombreuses : consulter l'album ici.

 

(La liste des oeuvres proposées n'est pas exhaustive).

 

Clemente Alberi
Clemente Alberi

 

 

(…)

5.88 "O créature gracieuse et bénigne,
5.89 qui vas cherchant dans les pourpres ténèbres
5.90 nous autres dont le sang teignit la terre,
 
5.91 Si nous étions en grâce au roi des cieux,
5.92 nous le prierons de t’accorder sa paix
5.93 pour la pitié que tu as de nos peines.
 
5.94 De tout ce qu’il vous plaît ouïr et dire
5.95 nous parlerons à vous et entendrons,
5.96 puisqu’en ce point le vent semble se taire.
 
5.97 Sur la marine où descend et s’apaise
5.98 le Po suivi d’un large train de fleuves
5.99 est assise la ville où je fus née ;
 
5.100 Amour qui tôt s’enflamme en gentil cœur
5.101 éprit cestui des beautés qui me furent
5.102 arrachées ; et sa force encor me blesse.
 
5.103 Amour qui onque à l’aimé ne fait grâce
5.104 d’aimer aussi, aux plaisances de lui
5.105 me prit si fort qu’encore n’en suis quitte.
 
5.106 Amour nous conduisit à même mort :
5.107 Caïne attend celui qui nous meurtrit »
5.108 Ce dit la voix qui pour les deux parlait.
 
5.109 Quand j’eus ouï ces âmes offensées,
5.110 tant longuement restai-je le front bas
5.111 qu’enfin mon maître dit : «  Que songes-tu ? »
 
5.112 Quand me revint la voix :  « Las ! » murmurai-je,
5.113 « combien de doux pensers, quel haut désir
5.114 mena ceux-ci au douloureux trépas ! »
 
5.115 Puis à eux me tournai, voulant répondre,
5.116 et commençai : «  Francesca, tes martyres
5.117 me font triste à pleurer piteuses larmes.
 
5.118 Mais dis : en la saison des doux soupirs,
5.119 à quel signe et comment permit Amour
5.120 que connussiez vos incertains désirs ? »
 
5.121 Et elle à moi : « Il n’est plus grand douleur
5.122 que de se remembrer les jours heureux
5.123 dans la misère ; et ton docteur le sait.
 
5.124 Mais si tu as affection tant vive
5.125 à suivre notre amour dès la racine,
5.126 bien sais-je l’art de pleurer et de dire.
 
5.127 Ensemble, un jour, nous lisions par plaisance
5.128 de Lancelot, comme Amour l’étreignit :
5.129 seulets étions, et sans soupçon de nous.
 
5.130 A plusieurs coups nous fit lever les yeux
5.131 cette lecture et pâlir le visage ;
5.132 mais seul un point fut ce qui nous vainquit.
 
5.133 Quand la riante lèvre et désirée
5.134 vîmes baiser par un si preux amant,
5.135 cestui, dont il n’est sort qui me délie,
 
5.136 la bouche me baisa, tremblant d’angoisse.
5.137 Galehaut fut le livre et son trouvère :
5.138 et ce jour-là ne lûmes plus avant. »
 
5.139 Tandis que ce disait l’une des ombres,
5.140 l’autre pleurait ; si bien que de pitié
5.141 je pâmai, cuidant la mort sentir ;
5.142 Et chus, comme corps mort à terre tombe."
Dante Alighieri, Oeuvres complètes, Divine Comédie, Enfer, Chant V, vers 88-142, pp. 910-913, Editions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1965.

 

Mosè Bianchi
Mosè Bianchi

 

Alessandro Barbieri
Alessandro Barbieri

 

Louis Boulanger
Louis Boulanger

 

Alexandre Cabanel c.1870
Alexandre Cabanel

 

Amos Cassioli
Amos Cassioli

 

Marie-Philippe Coupin de La Couperie
Marie-Philippe Coupin de La Couperie

 

Aristide Croisy
Aristide Croisy


Pierre-Claude-François Delorme
Pierre-Claude-François Delorme


Gustave Doré 1
Gustave Doré

 

Gustave Doré 2
Gustave Doré

 

Gustave Doré 3
Gustave Doré

 

William Dyce
William Dyce


Antoine Etex
Antoine Etex

 

Anselm Feuerbach
Anselm Feuerbach

 

Giuseppe Frascheri 2
Giuseppe Frascheri


Johann Heinrich Füssli
Johann Heinrich Füssli
(nom d'artiste : Henry Fuseli)


Johann Heinrich Füssli 2
Johann Heinrich Füssli
(nom d'artiste : Henry Fuseli)

 

Felice Giani

Felice Giani

 

Felice Giani 2

Felice Giani

 

Michelangelo Grigoletti
Michelangelo Grigoletti

 

gulacsy
Lajos Gulácsy


Retour à l'accueil