Lundi 12 avril 2010 à Paris, Leonardo Cremonini a fermé les yeux sur les lumières du Monde. Né à Bologne (Italie) le 26 novembre 1925, il fut partisan de la peinture néoréaliste qu'il développa à Paris, où il s'installa dès les années 1950. Ses obsèques eurent lieu en l'église Saint-Germain-des-Prés à Paris ce lundi 19 avril. Sa dépouille a rejoint la terre natale au cimetière de la Certosa à Bologne. Hommage à cet artiste des lumières et des ombres, des rondeurs et des lignes, qui fut aussi un peintre contre la torture.

 


"[...] Les notices qui condensent la vie et l’œuvre d’un artiste au moment de son décès opèrent des raccourcis peu compréhensibles. Ainsi pour Cremonini dont la dépêche AFP dit simplement que ce peintre passe à partir de 1960 de la peinture de paysage et de scènes de genre à des représentations marquées par des tensions et des violences. Il est donc important de préciser que c’est la violence de la guerre coloniale faite au peuple algérien qui marque un tournant dans son œuvre. Avec Torture, Tête torturée, Désarticulation de la guerre civile, toutes trois de 1961, Cremonini donne trois visions insoutenables de la torture érigée en système. Il s’agit des œuvres parmi les plus fortes dénonçant la torture, à peine figuratives, dans un monochromatisme rouge éminemment saisissant. Les spécialistes de son œuvre, Max Clarac-Sérou ou Pierre Gaudibert, avaient en leur temps indiqué qu’il s’agissait de tableaux charnières dans son œuvre et ses préoccupations esthétiques et philosophiques.

Lors de la préparation de l’exposition « Les Peintres internationaux et la révolution algérienne » en 2008, et malgré la maladie, Leonardo Cremonini nous avait beaucoup aidés en prêtant ces œuvres. Il continuait de s’intéresser à l’Algérie avec passion. Peintre dont les œuvres sont présentes dans tous les grands musées du monde, Cremonini nous reste particulièrement proche. « Prenez-y garde, Cremonini restera », avait dit Régis Debray."

 

Lire l'intégralité du texte d'Anissa Bouayed, historienne, sur le site de l'Humanité du jeudi 22 avril 2010.

 

Les vacances 1980 2001
Les vacances, 1980-2001.

 

leonardo-cremonini il sole nell'ombra 1994-1999
Le soleil dans l'ombre, 1994-1999.

 

dalla-finestra-leonardo-cremonini
 De la fenêtre, 1979-1983.

 

Leonardo Cremonini Le soleil dehors, dedans 1974
 Le soleil dehors, dedans, 1974.

 

Leonardo Cremonini

Leonardo Cremonini. Source image La Repubblica.


Retour à l'accueil