Marre de tricoter des pulls, chaussettes, écharpes, manteaux, bonnets, moufles, layette et autres maillots de bain que votre entourage planque dans le placard dès que vous avez le dos tourné ? Des ingrats, selon vous, incapables de reconnaître le labeur et les heures à compter « une maille à l'endroit, une maille à l'envers » devant le téléviseur ou l'oreille à l'écoute de la radio. Marre ? Alors, tricotez pour les pots de fleurs, les bancs de la terrasse, les chaises du salon de jardin, les nains disséminés sur la pelouse et autres statues en plâtre, la brouette défraîchie, l'arbre sec, la mangeoire des oiseaux, la tondeuse rouillée, etc. N'hésitez pas : parez de laine tous les objets qui vous tombent sous la main et que vous trouvez désormais très moches. Embellissez-les et par la même occasion embellissez votre vie grâce au Knit Graffiti, autrement dit le graffiti tricoté ou le tricot graffiti, in french dans le texte (To knit, en anglais, signifie tricoter).

 

Dans le cadre d'Artaq 2012, troisième édition du festival des arts urbains, le Knit Graffiti a envahi quelques lieux publics de la ville d'Angers. Magda Sayeg, initiatrice du graffiti tricoté, a décoré des arbres du jardin de la Tour des Anglais et le pont Confluences enjambant la Maine :

 

_IGP7913.JPG

 

 

_IGP7914.JPG

 

Dans le même temps, Aurélie Mathigot investissait statues, arbres, bancs, kiosque à musique, entre autres, du jardin du Mail, grâce à des Angevin-e-s qui ont tricoté, entre janvier et mai, les pièces exposées :

 

_IGP7956.JPG

 

 

_IGP7963.JPG

 

 

_IGP7967.JPG

 

 

_IGP7983.JPG

 

 

_IGP7989.JPG

 

 

_IGP7992.JPG

 

Pour en savoir plus : Magda Sayeg, Aurélie Mathigot, ARTAQ 2012. Pour en savoir vraiment plus : Toulouse s'affiche en tricot.

 

Angers, le 11 mai 2012. Texte et photographies : Patricia Tutoy.

 

Retour à l'accueil