C'est un reflet de soleil sur l'armoire qui m'a fait lever les yeux du livre L'insurrection qui vient écrit par le Comité invisible, paru à La Fabrique éditions. J'ai posé le livre. Je me suis dirigée vers ce reflet puis j'ai regardé par la fenêtre. Là-bas, à l'horizon de la plaine, le soleil avait allumé le feu (mieux que l'autre au stade de France) et léchait goulûment les nuages alentour. J'ai enfilé de grosses godasses tous terrains, surtout les boueux, un béret, l'anorak et enroulé une écharpe autour de ma trombine, l'appareil photo bien en mains. J'ai hésité un instant entre les gants et les moufles. Ils sont restés dans le placard. J'ai parcouru une centaine de mètres et je me suis retrouvée dans le champ face au ciel en pleine symphonie, les pieds dans la boue. Le soleil appelait l'Homme à l'insurrection.


16h56
16h56.


16h57
16h57.


16h58
16h58.


16h59
16h59.


17h
17h.


17h01
17h01.

Crépy-en-Valois, le 2 janvier 2010.

Retour à l'accueil