Le dimanche, un poème et une image.

 

Un poème de Girolamo Fontanella et une image de Lovis Corinth.

 

 

Le corail.

 

Les collines fleuries, les ombrages amènes,

Ne sont pas seulement bien de Pomone et Flore1 ;

Thétis et Cythérée2 tout là-bas ont aussi,

Sous les flots de la mer, comme elles des jardins.

 

Les algues sont l'herbette et le sable des fleurs,

Où demeure Protée parmi ses pâturages3 ;

Et sont fruits dans la mer ces coquillages purs

Que dore le soleil et que la lune argente.

 

La nature en ce lieu s'enorgueillit d'avoir,

Dans le rameux corail, son rejeton pourpré,

Qui est le magnifique enfant d'un sang magique4.

 

De son tronc le nageur habilement l'arrache ;

Tendre quand il le prend, le voici bientôt dur,

Et doutant il ne sait ce qu'il est, pierre ou plante.

 

Girolamo Fontanella (Né vers 1610 peut-être à Naples- mort à Naples en 1644).


1 Pomone et Flore, les déesses des vergers et des jardins, se rattachent à la terre.

 

2 Thétis, l'une des filles de Nérée, et Cythérée (Vénus), née de l'écume des vagues, se rattachent à la mer.

 

3 Protée gardait les troupeaux de monstres marins de son père.

 

4 La légende voulait que le corail fût né du sang de Méduse, l'une des Gorgones.

 

 

Lovis-Corinth_Dame-am-Goldfischbassin_1911.jpg

Lovis Corinth, Dame am Goldfischbassi, Dame à l'aquarium, 1911.

 

Retour à l'accueil