Au coeur du pays de Valois, coin de Terre natal au passé médiéval, Crépy-en-Valois est une ville de l'Oise, en région Picardie, et 14.800 habitants. Aujourd'hui, promenade dans le centre historique de la ville : la collégiale Saint-Thomas de Canterburry, l'abbaye Saint-Arnoul et le château des Seigneurs de Crépy au sein duquel se trouve le musée de l'archerie et du Valois.


IMGP3036
Le poste de commandes de la gare et la ligne ferroviaire de Crépy-en-Valois partagent la ville en deux. Une fois traversée cette voie, le promeneur arrive dans le centre-ville qui mène au centre historique. Le 28 octobre 2009.

 

IMGP3022.JPG

La collégiale Saint-Thomas de Canterburry, le 28 octobre 2009. Plus d'images dans l'album présenté en fin d'article.

 

Construite par Philippe d'Alsace en 1182 et dédiée à Saint-Thomas Becket, la tour de l'église a servi d'observatoire aux Anglais lors du siège de la ville en 1432. Elle a été restaurée entre 1470 et 1520. Lors de la suppression des cultes en 1793, elle a accueilli les fêtes publiques. On peut encore lire sur le portail d'entrée : "Le peuple françois reconnoit l'Etre Suprême et l'immortalité de l'âme". Vendue à un entrepreneur de Compiègne elle sert alors de carrière de pierre. Etienne-Marie de La Hante, maire, rachète le clocher et le donne à la ville en 1823. Il est classé monument historique en 1875. Un square a été aménagé sur la nef de l'ancienne église où se trouve le monument aux morts sculpté par Paul-Albert Bartholomé. Source du texte.


IMGP6028.JPG
L'abbaye Saint-Arnoult, le 26 décembre 2009.
Plus d'images dans l'album présenté en fin d'article.

Elle fut fondée en 1008 par Gauthier le Blanc pour abriter les reliques du Saint. En 1077 Simon de Valois confia l'abbaye à l' ordre de Cluny. Elle fut détruite par les Anglais en 1431 pendant la Guerre de Cent ans. Au 18e siècle il ne restait que dix moines à Saint-Arnoul. Elle fut vendue comme bien national en 1797 ; l'église et une partie des bâtiments furent démolis. De 1800 à 1883 elle servit d'Institution pour jeunes garçons. L'abbatiale avait 70 mètres de long, 18 mètres de large, deux tours de chevet comme à Morienval. Les colonnettes et les chapiteaux de la crypte sont du 11e siècle et la salle capitulaire du 12e.
Elle est restaurée depuis 1964 par des bénévoles et abrite aujourd'hui un Musée d'Arts et Traditions Populaires et une magnifique collection de souvenirs de mariage du milieu du 19ème siècle à 1940. Source du texte.


IMGP3058.JPG
Le musée de l'archerie et du Valois (partie basse à droite de l'image), le 29 octobre 2009.
Plus d'images dans l'album présenté en fin d'article.


IMGP3080.JPG
Le château des Seigneurs de Crépy, le 29 octobre 2009.
Plus d'images dans l'album présenté en fin d'article.

Des vastes constructions il ne reste, attenant à la chapelle Saint-Aubin, qu'un grand corps de logis du 13e siècle. Lors de la Révolution il fut vendu comme bien national ; racheté par la municipalité, il connut des utilisations diverses. Il a repris vie avec la fondation en 1949 du musée de l'Archerie et du Valois. Marguerite de Valois et Henri IV firent des restaurations dont la porte d'entrée (les clous des vantaux portent leurs initiales). Dans la grande salle du haut on peut admirer la remarquable charpente du 14e siècle. La chapelle Saint-Aubin date du 12e siècle. La tour du Valois, du 12e siècle, est l'unique vestige du château construit par les Comtes de Valois et détruit durant la guerre de Cent ans. Source du texte.

Des images de deux monuments anciens et un récent de Crépy-en-Valois :
- L'église Saint-Denis,
- L'église Saint-Martin de Bouillant,
- La chapelle Mère Teresa, ici et .

Plus d'images sur l'album.

A suivre.

Retour à l'accueil