je voudrais que tu m'accompagnes

à travers la vie

telle une voile

pour me faire découvrir le monde

mais je me situe du côté précaire

où frappe le vent

et je peux seulement t'apprendre

des noms d'arbres

dont le fruit se cueille à la prochaine saison,

là où les trains poussent

de lugubres sifflements.

 

Ana Paula Inácio (Portugal, Porto, 1966). Traduction française : Michel Chandeigne.

 

Ce poème ne comporte ni majuscules ni titre.

 

 

_IGP3538.JPG

Bouchemaine, tilleul, le 2 mai 2012.

 

 

_IGP8504.JPG

Le 3 avril 2013.

 

Photographies : Patricia Tutoy.

Retour à l'accueil