Le dimanche, un poème et une image.


Un poème de Guido Casoni et une image d'aurore boréale à Ny-Ålesund (Norvège).



La luciole.


Luciole charmante,

Tes jeux et tes tours

Font à l'ombre un collier

De cercles lumineux,

Torche spirituelle,

Rubis volant, étoile fugitive,


Tu dores les ténèbres

De tes vols de lumière.

Tes rougeurs sont escarboucles,

Tes froids rayons sont or,

Et tu es ici-bas

Une perle vivante et vagabonde.


Des ombres tu es la parure,

Tu es l'éclair et la peinture,

Tu es le faste et le pourpre,

Ô terrestre étoile du soir ;

Aussi croyons-nous voir

A ton éclipse la nuit, à ton feu le soleil.


Promeneuse des ténèbres,

Passant du noir au clair,

Et comme un ciel errant

Donnant lumière et ombre,

Tu voles sans plumage,

Nouvel aurige de ténèbre et de jour.


Torche solitaire

Dont le vol est de feu,

Sourire parmi l'ombre,

De tes fils d'or

Tu brodes l'air,

Sillage doré d'étoile filante.


De tes tendres croisières

Tu vas sillonnant l'air,

Nouveau navire vivant

Chargé pour marchandises

Des pourpres de l'aurore,

Mettant des feux en poupe et tes ombres en proue.


Petit flambeau des champs,

Etincelle des jardins,

Que tu allumes tes feux

Ou qu'obscure tu portes

Tes étoiles éteintes,

Tu es à toi-même et l'aube et le couchant.


Lumière mêlée d'ombre,

Petit soleil nocturne,

Belle nuit étoilée,

Eclair obscur qui luis,

Et noire et lumineuse

Tu fais que notre nuit brille à l'égal du jour.


Tantôt tu fuis et t'évanouis

Couronnée de tes rayons d'or ;

Tantôt tu poursuis ma Délie

De tes vols irradiés ;

Alors, faisant la cour à mon Soleil,

Je vois à ta lumière le soleil parmi l'ombre.


Guido Casoni
(1561-1642).

 

Plus qu'aucun autre insecte, la luciole fut en faveur auprès des poètes baroques. Les curieuses qualités de cet insecte étaient la source d'antithèses et d'oxymores, comme en témoigne cette odelette où Guido Casoni exploite, dans les sept premières strophes, le contraste entre la ponctuelle et mobile luminosité de la luciole et l'espace infini de l'ombre nocturne qu'elle semble parvenir à totalement occuper. Dans l'avant-dernière strophe, l'auteur rassemble quelques métaphores astrales qui préparent une conclusion façonnée autour du madrigal. (Source texte : Anthologie bilingue de la poésie italienne, éditions La Pléïade).


aurore_boreale_a_ny_aalesund.jpg
Ny-Ålesund (Norvège), aurore boréale.

Retour à l'accueil