Le dimanche, un poème et une image.

 

Un poème de Mihàlis Ganas et une photographie de Patricia Tutoy.

 

 

La Grèce, tu vois...

 

La Grèce, tu vois, ce n'est pas seulement une plaie.

À l'heure creuse le café écumeux,

les radios les télés aux balcons,

couleur de bronze, corps de bronze,

bouchon de bronze la Grèce à mes lèvres.

Sur les murets la glu du soleil

attrape les yeux comme des insectes.

Derrière les murets les maisons éventrées,

terrains de foot, hôpitaux, prisons

créatures du bon Dieu et instruments du diable

et conducteurs de tram buvant seuls

un petit vin râpeux d'Aràhova.

Là des braves ont dormi

le fusil au côté, le sommeil peuplé d'enfants pieds nus.

Des foulards de femmes, fières voilures, passaient,

tapis et couvertures dans l'eau du moulin.

À présent caillasse et godillots

dans ce broyeur de pierres

et conducteurs de tram buvant seuls

un petit vin râpeux d'Aràhova.

 

Mihàlis Ganas (Grèce, Épire, 1943). À propos de l'auteur, rendez-vous sur le site Web de Michel Volkovitch, rubrique 'Made in Greece', sélectionner 'Mihàlis Ganas'.


 

IMGP6337.JPG

Bouchemaine, 18 juillet 2011. Photographie : Patricia Tutoy.


Retour à l'accueil