La feuille.

 

La nature, il y en a deux.

L'une,

telle qu'elle se sait elle-même.

L'autre, celle que nous voyons. Mais voyons-nous ?

Ou bien n'est-ce que l'illusion des choses ?

 

Qui suis-je pour éprouver

l'éventail d'un palmier ?

Qui suis-je, pour être seigneur

d'une arche fermée, sacrée

de vies autonomes ?

 

La prétention d'être homme

et non chose ou limace

m'écrase face à la feuille

qui tombe, après avoir vécu

intensément, silencieusement,

et qui, par ordre du Maire,

va disparaître sous un balai,

mais continue dans une autre feuille

étrangère à mon privilège

d'être plus fort que les feuilles.

 

Carlos Drummond de Andrade (Brésil, Itabira, 1902 – Rio de Janeiro, 1987), La feuille in La passion mesurée, A paixo medida (1980), in le recueil La machine du monde et autres poèmes, 1983.

 

Visiter le site (en portugais) de Carlos Drummond de Andrade.

 

 

Mars-2013-7763.JPG

Angers, le 19 octobre 2012.

 

 

Mars-2013-7765.JPG

Bouchemaine, sur les bords de Loire, le 19 octobre 2012.

 

Photographies : Patricia Tutoy.

 

Retour à l'accueil