Pour admirer la magnifique clôture "républicaine" (ainsi dénommée dans l'appel d'offres lancé par la présidence de l'Université Paris Nord 13 pour sa construction ; lire le précédent article sur le sujet), prendre le train à Paris en gare du Nord pour Epinay-Villetaneuse (voies 30 à 36, selon les horaires). A la sortie de la gare d'Epinay-Villetaneuse, prendre le bus, n°156 ou 354, et descendre à l'arrêt Université Paris Nord 13. A gauche de l'entrée principale du campus, emprunter l'avenue Jean-Baptiste Clément jusqu'à la rue de l'Université. Entrer dans cette rue et la remonter, en laissant sur la droite le gymnase universitaire en cours de rénovation. Les travaux d'installation de la clôture démarrent là.

 

Ce lundi 13 septembre, le président himself, rencontré sur le campus, a précisé que les grilles de la clôture seraient décorées de panneaux (genre ceux que l'on trouve au Jardin des Plantes à Paris et qui expliquent la biodiversité dans les jardins et les champs, les bonnes et les mauvaises bestioles, etc.). Il n'a pas confirmé la végétalisation de ladite clôture... Des grilles, donc. Trois mètres de hauteur sur un support de ferraille et de béton bien implanté dans le sol. Trois mètres de hauteur  terminés par de petites lames aiguisées, de type lames de scie. Des grilles qui mettent un terme à la convivialité entre les membres de la communauté universitaire du campus de Villetaneuse et les citoyens habitant les environs, et vice versa. Des grilles : non pas pour se protéger de l'extérieur comme annoncé suite à quelques intrusions sur le campus et dans des amphithéâtres mais, sans aucun doute, pour canaliser toute contestation des personnels et des étudiants. Pour qui lit cet article aujourd'hui une explication pour mieux comprendre mon aversion pour cette clôture. En 1998, j'ai travaillé à l'Université de Cocody à Abidjan, en Côte-d'Ivoire. Lors de mon arrivée devant l'entrée principale du campus, je suis restée sans voix et dépitée devant le mur en béton de plus de 5 mètres de hauteur en cours de construction. J'appris de mes collègues ivoiriens que le mur était élevé pour endiguer toute action de contestation des étudiants. La clôture de l'Université Paris Nord 13 à Villetaneuse, en France, a fait ressurgir le cauchemar ivoirien.

 

Avec cette clôture, la présidence de l'Université Paris Nord 13 joue la carte de la politique du tout sécuritaire de Sarkozy et de son clan UMPiste. Très surprenant quand on sait que l'actuel président de l'Université se réclame du Parti socialiste français ! Vraiment très surprenant ? Non. On sait bien que le Parti socialiste a ses traîtres : Éric Besson, Bernard Kouchner et tant d'autres tapis dans l'ombre prêts à adhérer à l'UMP pour leurs intérêts personnels, non pas pour l'intérêt général : cette notion n'existe pas chez les sarkozystes.


 

IMGP2763

 

IMGP2774

Recto. Villetaneuse, rue de l'Université, vue sur le campus côté Institut Galilée. A droite de l'image, le premier morceau de grille est à peine installé. Il est 14h02.

 

IMGP2828.JPG

Verso. Vue vers la ville depuis le campus. A gauche de l'image, la grille présentée ci-dessus,  avec un second morceau. Il est 14h38.

 

IMGP2829.JPG

Le second morceau de grille est installé. Le contremaître a pris les mesures, tout est d'équerre. Il est 14h42.

 

D'autres images sur l'album.

 

Villetaneuse, le 13 septembre 2010. Photographies : Patricia Tutoy.

 

A suivre.



Retour à l'accueil