Le pingouin, oublié de tout et de tous (municipalité, conseil général, conseil régional, ministères et dépendances et cuisines et gourbis, chef du gouvernement, chef de l'Etat, médias en tous genres, notamment), a tenté la survie sur sa banquise picarde depuis quatre jours. Lecture de journaux, surf sur l'Internet, zapping exceptionnel sur les cinq chaînes de télévision à disposition. A sa grande surprise, c'est seulement ce lundi que le département de l'Oise fut déclaré zone sinistrée sous la neige. Libé, le plus grand journal de gauche à droite à gauche, annonçait même sept centimètres de neige dans la zone isarienne* ce lundi. Le pingouin a bien rigolé. Dimanche matin, à 10h30 tapantes, elle était dans le jardin avec son triple centimètre. Résultat : 14 cm de neige. Deux heures trente plus tard, à 13h : 19,5 cm. La preuve en image :

 

IMGP8391-copie-1.JPG

Merci à l'animateur de la station de radio berrichonne, TSF36, d'avoir suggéré la mesure de la neige.

 

Devant l'ampleur du désastre et pour éviter à ses congénères de se casser une patte sur le trottoir devant son domicile, le pingouin, pas fainéante pour une fois, sortit les outils pour déblayer la descente qui mène au garage et naturellement ledit trottoir (pingouin ignorant si un arrêté municipal fixe les devoirs des habitants et ceux de la commune face aux chutes de neige). Bon, les outils étaient très bien adaptés pour ce genre de situation : rateau, binette, pelle, balai. Le pingouin a souffert deux heures par jour pendant les quatre derniers jours pour permettre aux passants de passer sans glisser devant son habitat, sachant qu'il y a peu, vraiment peu de passants (un passant par jour, voire deux dans les jours de folie pédestre) ! Le pingouin fourbue par de tels efforts admira son oeuvre de génie civil. Au même moment arriva à toutes pompes le chasse-neige local qui rôde deux fois par jour dans le quartier pour balayer la neige de la chaussée : ici, à Crépy-en-Valois, c'est priorité à la bagnole ! Bref, le pingouin sur son trottoir, le rateau dans une patte et le seau de sable dans l'autre, regarda satisfaite l'engin de la voirie municipale faire son oeuvre mais sans envier le nettoiement de la chaussée, vu que ladite pingouin n'a pas de voiture, marche et se déplace en bicyclette quand le temps est favorable (c'est-à-dire au printemps, en été et en automne quand il ne pleut pas !). Quand le chasse-neige arriva à hauteur du trottoir, des paquets de neige atterrirent sur les pieds du pingouin. Le pingouin était très en colère et décida de laisser la neige là où elle tombait. Après de tels efforts de maniement d'outils de jardin remisés depuis fin novembre dans l'idoine remise et sortis pour l'occasion, le pingouin s'en fut dormir, très satisfaite, malgré le chasse-neige et le peu de passants empruntant le trottoir longeant la maison. Le pingouin fit de beaux rêves de printemps, d'été et d'automne, de couleurs, de fleurs, d'arbres, de feuillages, ... Le lendemain matin, donc le lundi, le pingouin ouvrit les volets et les referma aussitôt : ça neigeait encore et toujours !

Après quelques heures de méthode Coué du type "Non, il ne neige pas. Non, je ne balaierai pas devant ma porte. Oui, le chasse-neige peut rester coincer dans des congères", le pingouin alla à la banque. Sans sortir de sa maison, cela va de soi, puisque c'était sa banque d'images personnelles. Le pingouin sélectionna une image pour planer, loin de tout ce blanc morbide :

 

IMGP5211.JPG
Crépy-en-Valois, dans le jardin, le 21 juin 2010, Pavot à opium ou Pavot officinal que l'on peut admirer en différents exemplaires sur Flore en Valois. Photographies : Patricia Tutoy.

 

Après cette mésaventure climatique, le pingouin s'est posé une vraie question : le substantif pingouin, genre masculin dans la langue française, a-t-il un féminin ? La réponse est sans appel : on dit la femelle du pingouin ! Quelle inégalité ! La lutte des sexes, sur la banquise et partout ailleurs où on nous prend pour des pingouins, est en marche...

 

* Isarien, isarienne : adjectif caractérisant l'habitant-e ou la chose du département de l'Oise. On évite ainsi les adjectifs oisif, oiseux, oisard, oisien pour qualifier les braves gens de l'Oise. Les autres, tel Woerth, maire de Chantilly, par exemple, et tous ses copains, peuvent répondre à tous les noms d'oiseaux qui viennent spontanément à l'esprit...

 

Le titre de cet article, La complainte du pingouin en Picardie, est librement inspiré du titre de la très belle chanson du groupe Beau Dommage, La complainte du phoque en Alaska :

 

 

 

 

 À suivre.


Retour à l'accueil