Nice, le 2 novembre 2011. Nous étions là pour la manifestation anti-G20. Nous parcourûmes la ville de long en large, et même en travers et de travers, pour nous rendre, pendant deux jours, aux différents événements organisés, en dehors de la manifestation même qui rassembla environ 10.000 personnes un jour plus tôt. Les débats d'idées et les échanges interculturels eurent lieu dans les anciens abattoirs de la ville.

Ce 2 novembre, donc, en nous rendant aux abattoirs (!), nous empruntâmes la promenade des Arts et tombâmes nez à nez avec une horreur architecturale. Notre petit groupe de militants, Solidaires, un peu éreintés par la manifestation de la veille, par les manifestations passées et celles à venir, resta stupéfait devant le monument. Les commentaires allèrent bon train sur la nature de l'édifice. Comme nous ne possédions pas le guide touristique du bled, nous restâmes sur nos interrogations quant à l'utilité et l'esthétique du machin. Nous poursuivîmes notre périple jusqu'aux abattoirs. Apercevoir des crocs de boucher pendant un débat sur la taxation des produits financiers donne une toute autre dimension aux actions à mettre en oeuvre...

Retour à Paris. Direction la bibliothèque du Centre national d'art et de culture Georges Pompidou, autrement dit Beaubourg. Un guide sur la ville de Nice nous apprit que l'édifice est un monument-sculpture accueillant les bureaux de la bibliothèque municipale Louis Nucéra. Dénommé La tête carrée, il fut réalisé par les architectes Francis Chapus et Yves Bayard associés au sculpteur Sacha Sosno.

 

À l'époque, nous fîmes également des recherches sur Louis Nucéra (Nice, 1928 – Carros, 2000), écrivain français mais surtout écrivain cycliste qui fut fauché, avec son vélo, par une bagnole et son chauffard. On lui doit, dans son roman Mes rayons de soleil (1987), la phrase qui intitule le présent article : Je suis venu au monde à l'ombre précaire d'une bicyclette suspendue entre ciel et terre. (Re)découvrir Louis Nucéra.

 

 

_IGP8987.JPG

Nice, La tête carrée, le 2 novembre 2011. Photographie : Patricia Tutoy.

 

Retour à l'accueil