"Pour être heureux calons nos fesses sur le canapé avec un livre", clameraient certains donneurs de leçons. Certes, la lecture procure des instants de bonheur.  En aucun cas, la lecture est le bonheur. C'est avant tout un acte solitaire qui enrichit le liseur et peut créer des liens avec autrui. Cela peut être un acte solidaire dans des situations de contestation. De temps en temps, fermer ses livres pour se confronter au monde qui va mal et à sa destruction par quelques-uns est plus que nécessaire voire vital.

La Poste, la santé, la culture, les transports, l'éducation de la maternelle à l'université, la recherche : des services publics massacrés à la hache ou au croc de boucher par Sarkozy & Co pour faire la part belle au privé, faire payer plus les habitants de France les plus modestes, créer des inégalités au sein de la République. Des personnels de ces divers services sont descendus dans la rue, une nouvelle fois, pour clamer leur "NON" à la révision générale des politiques publiques (RGPP) lancée depuis 2007 par le roi de France et ses lamentables vassaux.

A Paris, la manifestation est partie de la place de la République pour s'acheminer vers Richelieu-Drouot, ce jeudi 21 janvier. La communauté éducative était représentée : acteurs des instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), acteurs de la maternelle à l'université y compris des parents d'élèves.



IMGP6741


IMGP6745


IMGP6747


IMGP6746


IMGP6753


IMGP6756


IMGP6805


IMGP6752.JPG


IMGP6798.JPG


IMGP6773
Paris, le 21 janvier 2010.


Retour à l'accueil