Le dimanche, un poème et une image.


Des racines des grands maux de Tommaso Campanella et une image de Patricia Tutoy.

 

 

 

Des racines des grands maux.


Je suis né pour exterminer trois maux extrêmes :

Tyrannie, sophismes, hypocrisie ;

Dont je perçois avec quelle harmonie

Puissance, Esprit, Amour m'a enseigné Thémis.


Ces principes sont, véridiques, suprêmes,

Ceux de la grande philosophie révélée,

Remède contre le triple mensonge

Sous lequel, toi, pleurant, monde, tu frémis.


Famines, guerres, pestes, envie, tromperie,

Injustice, luxure, acédie, colère – ces maux,

Tous sont soumis aux trois grands maux,

Qui dans l'aveugle amour-propre, digne fils

D'ignorance, ont racine et aliment.

Donc, je viens arracher l'ignorance.


Tommaso Campanella (1568-1639), titre original Delle radici de' gran mali del mondo, Des racines des grands maux du monde, in le recueil Tutte le opere.
La version originale du poème : Delle radici de' gran mali del mondo.

 

 

P1140085.JPG

Paris, manifestation pour le retrait des contre-réformes de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le 2 avril 2009.

Retour à l'accueil