Le dimanche, un poème et une image.

Un poème de Giuseppe Conte et une peinture de Fortunato Depero.

 

 

Bien peu savent encore.



Bien peu savent encore ce qu'est un

arbre. La ténacité de ses racines, acides et noires,

delta profond au centre de la terre, le

tronc, les branches et le feuillage, et

les innombrables espèces de fleurs,

éteintes désormais, et les fruits pleins, les fruits lourds qui étaient

nourriture, l'écorce

tendue, la pulpe râpeuse, le noyau.

Bien peu ont en mémoire des cerisiers

blancs d'avant l'avril, et des cerises

écarlates, leur confirmation

intense et ronde sous le fin

pédoncule.

Et qui se souvient des kakis, les énigmatiques

kakis pareils à des soleils couchants

immobiles tout au long de novembre sur le canevas

des branches

desséchées ?


Giuseppe Conte (né en 1945 à Imperia, Ligurie, Italie).



Fortunato-Depero--Grattacieli-e-tunnel--1930--tempera-su-ca.jpg

Fortunato Depero (Fondo, Trento, 1892 – Rovereto, 1960), Grattacieli e tunnel, 1930, tempera sur carton.

 

D'autres toiles de Depero Subway, Pagina Parolibera, Lettrice e ricamatrice et Il legnaiolo.

Retour à l'accueil