Le dimanche, un poème et une image.

 

Un poème d'Antonio Colinas et une peinture de Virgilio Guidi.

 

 

 

Automne dense.

 

Le soir tamise son or entre les branches.

Un nouvel hiver ne tardera pas à venir.

Les feuilles humides du parc brûlent

et au couchant le ciel se disloque

en grappes de nuages pourpres.

Frémissement de lumière sous les auvents.

Les pigeons fécondent la silhouette

obscurcie de chaque promenade.

Les mamelles de l'automne sont pleines.

Des séraphins de lumière meurent

au-dessus de nos têtes étonnées

afin que tisse, une fois encore, le rêve,

la douce mélodie d'une nouvelle nuit,

la nuit hallucinée des légendes.

 

Antonio Colinas (né en 1946 à La Bañeza, León, Espagne), Automne dense in le recueil Preludios a una noche total, Préludes à une nuit totale.

 

 

Virgilio-Guidi--Figure-nello-spazio--1959.jpg

 

Virgilio Guidi (Rome, 1891 - Venise, 1984), Figure nello spazio, Silhouettes dans l'espace, 1959.

 


 

Retour à l'accueil