Le dimanche, un poème et une image.

 

Un poème d'Eugenio Montale et une toile de Mario Madiai.

 

 

 

Apporte-moi le tournesol, que je le transplante

Dans mon terrain brûlé par l'air salin ;

Et qu'il montre tout le jour aux miroirs bleus

Du ciel l'anxiété de son visage jaune pâle.

 

Les choses obscures tendent à la clarté,

Les corps s'épuisent en flux

De teintes : elles en musique. S'effacer

est donc le destin suprême.

 

Apporte-moi la plante qui nous mène

Là où surgissent de blondes transparences

Et s'évapore la vie telle une essence ;

Apporte-moi le tournesol affolé de lumière.


Eugenio Montale (Gênes, 1896 – Milan, 1981), poème original in Tutte le poesie.


(Ce poème est sans titre. J'ai pris la liberté de lui en attribuer un pour la mise en ligne de cet article).

 

 


Mario Madiai, Campo di girasoli, Champ de tournesols.

Retour à l'accueil