Ce mercredi 19 janvier 2011 à midi à Jussieu (Paris), chercheurs et enseignants-chercheurs ont répondu à l’appel de Sauvons la Recherche (SLR) et de Sauvons L'Université (SLU) et participé à la construction d’un Totex, Totem d’excellence, symbolisant l’empilement de structures arbitraires et incohérentes dont sont victimes l’enseignement supérieur et la recherche depuis plusieurs années.

Ce Totex s’est transformé en Murex devant les grilles du ministère, puis chacune de ces structures a été retournée à l’envoyeur.

Par cette action, au moment où Nicolas Sarkozy présentait ses "voeux" auto-satisfaits au monde de la recherche, nous avons signifié notre refus absolu de cette destruction de la recherche publique collégiale et démocratique, notre rejet radical d’une politique qui produit effets d’aubaine et clientélisme, qui précarise les personnels et les structures et qui déstabilise les équipes de recherche.

Communiqué de SLR et SLU, le 19 janvier 2011
.

 

IMGP0448
De gauche à droite : Emmanuel Saint-James, président de SLR, et Etienne Boisserie, président de SLU.

 

IMGP0493
Un kiloutex pour élever le Totex, avec Laurence Giavarini, SLU, et Georges Debregeas, SLR, dans la nacelle.

 

IMGP0504

IMGP0512
Laurence élève le Totex et
Georges discourt.

 

IMGP0527
Le tendeur, outil indispensable pour hisser les cartons mais aussi pour tout chercheur ou enseignant-chercheur en France aujourd'hui, quelle que soit la spécialité.

 

IMGP0557
Le Totex rivalise de hauteur avec la tour de Jussieu.

 

IMGP0559

 

IMGP0563

 

IMGP0566

 

IMGP0568
L'ami Jean-Claude Saget admire le Totex.

 

IMGP0571

 

IMGP0578

 

IMGP0603
Opération de destruction du Totex par Jean-Louis Fournel, Alain Trautman, Nicolas Schapira et Alain Cantillon.

 

IMGP0604

 

IMGP0605

 

IMGP0606

 

IMGP0607

 

IMGP0608


IMGP0611

 

Chacun a ramassé un carton et un cortège s'est acheminé vers le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, rue Descartes. Le Totex devint donc Murex en l'honneur de la locataire du lieu : Valérie Pécrex, ministre (de son vrai nom Pécresse) :

 

 

IMGP0657

 

IMGP0664

 

IMGP0666

 

IMGP0680
Tentative d'empalement d'un carton : Jeune entreprise universitaire.

 
IMGP0696
Retour à l'envoyeur.

 

IMGP0698

 

IMGP0702

 

IMGP0719

 

IMGP0723

 

IMGP0728

 

IMGP0729
Paris, action Totex, Totem de l'Excellence, le 19 janvier 2011.
Photographies : Patricia Tutoy.

 

16 01 11 1549
Etienne et moi devant le Totex.

 

16 01 11 1667
Vincent et moi sous l'oeil de Jean-Claude.

 

16 01 11 1670

 

16 01 11 1671Ecroulement du Totex. Etienne et moi l'échappons belle.

 

16 01 11 1690
Photographies
: Jean-Claude Saget.

Pendant ce temps-là, l'intersyndicale de l'enseignement supérieur et de la recherche publiait son communiqué de boycott des voeux du président Sarkozy au monde de la culture et de la connaissance :

Les organisations soussignées de l’enseignement supérieur et de la recherche ne se rendront pas aux voeux du président de la République au monde de la connaissance et de la culture. Elles considèrent que le gouvernement bafoue les revendications et l’expression des personnels -à commencer par les retraites-. Elles viennent de réaffirmer, lors du CNESER du 17 janvier, leur opposition au budget de l’ESR (Enseignement supérieur et Recherche). Elles dénoncent l’atomisation du service public d’enseignement supérieur et de recherche et l’augmentation de la précarité, que les propositions du ministère de la fonction publique ne permettent pas de résorber. Le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche a besoin d’une tout autre politique.


Signatures : FSU (SNESUP - SNCS - SNASUB - SNEP) - CGT (FERC-SUP - SNTRS) - Solidaires (Sud Recherche EPST - Sud
Éducation - Sud Étudiant) - SLR – SLU. 



Appel de SLR et SLU à l'action Totex :


Le 19 janvier prochain, Nicolas Sarkozy présentera ses vœux « au monde de la connaissance et de la culture », qui inclut la Recherche et l’Enseignement supérieur. La teneur de son discours est prévisible.


Il parlera de la modernisation du monde de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, nous parlerons de destruction systématique de ce secteur comme des autres services publics.

Il parlera des merveilleux milliards du Grand emprunt, promis aux universités et aux laboratoires au travers des « initiatives d’excellence », nous parlerons de la restructuration sauvage de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche opérée sous couvert de promesses de milliards. Les « initiatives d’excellence » verront l’apparition des IDEX, LABEX, EQUIPEX et autres structures déclinées
ad nauseam, créées dans notre dos.


Il osera parler de la simplification et de la clarification du paysage de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, nous rappellerons les dizaines de nouvelles structures qui, depuis 2004, ont été annoncées à grand bruit par différents gouvernements de la même couleur. Nous dirons que ce prodigieux empilement de sigles, nouvelle tour de Babel, n’a d’autre cohérence que d’affaiblir en les étouffant systématiquement, les structures collégiales existantes, organisme de recherche, universités, laboratoires.


Il parlera d’excellence, nous parlerons des effets d’aubaine et du clientélisme que produit immanquablement l’apparition soudaine de ressources hors de tout contrôle collégial.


S’il ose parler d’attractivité des métiers de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, nous rappellerons la précarisation systématisée, institutionnalisée de ces métiers (qui fera l’objet de manifestations le 20 janvier).


Mercredi 19 janvier à 12h, quand Nicolas Sarkozy présentera ses vœux au Grand Palais, nous construirons à Jussieu un Totex, totem d’excellence, une structure en carton de 8 mètres de haut dont chaque brique symbolisera l’une des nouvelles créatures du « New Public Management » appliqué à la Recherche et l’Enseignement supérieur.


Quand Nicolas Sarkozy rangera ses notes avec un sourire satisfait, nous détruirons le Totem d’Excellence.


Venez nombreux participer à cette réponse collective, symbolique et signifiante, au discours trompeur, satisfait, mensonger, d’un pouvoir qui voudrait faire croire aux citoyens qu’il construit pour un avenir meilleur un édifice qu’il est en réalité en train de détruire.

Retour à l'accueil