Sept agents de la sécurité du musée du Louvre, sept poulets en rollers et en vélos tous terrains, une centaine de citoyens venue sur l'esplanade de la pyramide pour dire non au nucléaire, une action dans le cadre des 25 jours pour Tchernobyl il y a 25 ans, et pour le Japon il y a un mois.

 

L'action en quatre temps :

 

1) Le temps de l'ordre public et du nettoyage et la résistance citoyenne. Les agents de la sécurité du musée du Louvre demandèrent aux participants de se déplacer au-delà des barrières qui entourent l'espace de la pyramide permettant l'accès à l'entrée du musée. Participants, pancartes, badges, parapluie anti-radiations, tracts obéirent et on s'installa devant les barrières. Puis les agents de la sécurité intimèrent l'ordre de dégager vers le carrousel. On refusa, arguant que l'esplanade du musée est un endroit public et qu'il appartient à tous. On se prit par la main et on forma une première chaîne, prêts à résister à toute attaque pour nous déloger.

 

2) Le temps de la solidarité sécuritaire et de la solidarité citoyenne. Les agents de la sécurité, très sympathiques envers leurs concitoyens, téléphonèrent aux poulets. Arrivèrent d'abord deux flics en rollers, rejoints par d'autres équipés aussi de rollers ou de vélos tous terrains. Probablement les seuls sept qui ne couraient pas le marathon de Paris ! Sept agents de la sécurité, sept flics, une centaine de manifestants ! Les experts sécuritaires (!), tant les agents que les poulets, insistèrent pour que le groupe se dispersât. On fit fonctionner la chaîne humaine, type ronde infinie des obstinés.

 

3) Le temps de l'obstination pour atteindre l'objectif fixé. On se débarrassa de tout signe d'identification terroriste (!) pour accéder à l'esplanade et faire fonctionner la chaîne humaine autour de la pyramide. Les poulets repartis au poulailler, les agents de la sécurité du musée du Louvre se firent discrets.

 

4) Le temps des remerciements (les miens). Merci aux nombreux touristes qui, sans le vouloir, permirent un bon déroulement de l'action. Merci à ceux qui rejoignirent la chaîne, le temps d'un tour de pyramide, main dans la main : Italiens, Espagnols, Anglais,  Français, entre autres, pour dire non au nucléaire. Merci aux rares touristes japonais qui préférèrent se faire photographier avec des poulets français ou avec la pyramide en arrière-plan. Merci à tous ceux qui ne levèrent pas un doigt des deux pieds trempant dans les fontaines fourmillant de bactéries en tous genres. Merci aussi à tous ceux qui ne vinrent pas parce que les vacances ont débuté pour certaines académies, parce que le petit dernier jouait un match de foot, parce qu'il ne fallait pas rater Michel Drucker à la télé, parce que le marathon de Paris c'est plus important que le nucléaire, parce que c'était un dimanche ensoleillé, très chaud, proche du début d'une canicule, parce que c'était un dimanche veille du lundi, parce qu'on ne vit qu'une fois et que la planète, on s'en tape ! Allez, Niquons la planète (HK et les Saltimbanks).

 

 

IMGP9160.JPG
L'énergie nucléaire, votre confort de demain.

 

IMGP9183.JPG

L'ami Jean-Claude aussi inquiet que le sujet du jour est très grave.

 

IMGP9184.JPG

 

IMGP9189.JPG

Le drapeau japonais.

 

IMGP9195-copie-1.JPG

Les organisateurs de l'action : réseau "Sortir du nucléaire" Paris.

IMGP9203.JPG

Négociations avec les poulets du coin...

 

IMGP9211.JPG

Parapluie anti-radiations offert par AREVA à tout Japonais qui le demande.

 

IMGP9220.JPG
Un membre de la chaîne humaine porteur d'une carte de France "Nucléaire : un danger permanent", à télécharger sur le site du Réseau "Sortir du nucléaire".

 

IMGP9225.JPG

Et pendant que nous tournons autour de la pyramide, rôdent des militaires français... C'est beau des treillis et des mitraillettes parmi la population et les touristes ! Dictature en vue...

 

Plus de photographies sur le diaporama.

 

Paris, le 10 avril 2011. Photographies : Patricia Tutoy.

 

 

31_03_11-9504.JPG

 

31_03_11-9508.JPG

 

31_03_11-9558.JPG

Le premier temps de l'action. Merci à l'ami Jean-Claude qui permet d'afficher ma solidarité. Photographies : Jean-Claude Saget.

Retour à l'accueil