L'activité de créatrice de mode entreprise au milieu des années 1930 est un signal indirect chez Edina Altara à ne pas se conformer à un milieu artistique où les espaces pour les femmes se sont – comme dans la société italienne tout entière – remarquablement réduits. Aucune documentation ne reste sur son travail dans la mode ; nous savons seulement qu'elle employait trois ou quatre couturières, qu'elle faisait de fréquents voyages à Paris (desquels elle aura également tiré des avantages pour les autres aspects de son oeuvre) et que, même si l'atelier milanais attirait une clientèle raffinée, elle dut le fermer lorsque la guerre éclata.

La production céramique est beaucoup plus connue, à laquelle l'artiste commence à se consacrer intensément aux débuts des années 1930, dans le sillage du succès obtenu en Sardaigne et dans la Péninsule par les céramiques à thème folklorique lancées par des artistes comme Federico et Melkiorre Melis. A son tour, Edina Altara invente des assiettes et des carreaux
ornés de fillettes coquettes vêtues du costume traditionnel sarde, mais maquillées et se comportant selon la mode du moment. Cette projection du goût contemporain sur le monde populaire est le signe d'une pressante commercialisation du folklore, sur le chemin de la transformation, de symbole d'identité en objet de consommation touristique. Cet aspect caractérise également l'oeuvre des frères Melis, mais il apparaît pourtant plus accentué sur les céramiques d'Edina Altara, à tel point que le costume porté par La donna di Desulo all'arcolaio, La femme de Desulo au rouet,  laisse transparaître les lignes de la couture 1930 et le joueur de guitare brillantiné dans les différentes versions de Idillio campestre, Idylle champêtre semble revêtir le smoking plutôt que le rugueux tissu de laine, fait à la main et typique de la Sardaigne.


L'intervention d'Edina Altara dans la céramique se limite à la création de dessins ; l'entreprise Margelli de Sassari produit les pièces (une boutique de bijoux et de cadeaux) dont elle confie la réalisation à la manufacture Céramiques de Faenza des frères Minardi. Il existe également une assiette,
A convegno, Le rendez-vous, produit par la Lenci di Torino. Dans les années 1940, à cause des difficultés liées à la guerre, l'artiste se replie sur la technique « à froid » (décoration avec des couleurs synthétiques sur des céramiques vernies en blanc), et entraîne ses soeurs Iride et Lavinia, et la nièce Maria Teresa – fille de la soeur Aurora – dans la réalisation de ses maquettes, en donnant presque vie à une petite entreprise familiale. Les maquettes, réalisées avec la technique du collage, une fois reproduites sur céramique se traduisaient en images sèches et synthétiques. Une phase intermédiaire du processus productif semblait refléter quelques études à l'émail sur papier, réalisées par Iride Altara, dont la restitution, confiée à une mosaïque d'assiettes peintes et brillantes qui maintiennent l'effet du collage, donne un air de modernité inattendue.


Source
: Giuliana Altea, Edina Altara, Editeur Ilisso, collection I maestri dell'arte sarda (Les maîtres de l'art sarde), 2006, 127 pages, uniquement disponible en italien. Texte extrait de la partie intitulée La ceramica (La céramique), p. 53. Traduit de l'italien par Patricia Tutoy, le 1e octobre 2009.

 

 


Costume femminile di Barbagia, Costume féminin de Barbagia, (années 1930).

 


Costume femminile di Pirri, Costume féminin de Pirri, (années 1930).

 

 


Costume femminile di Nulvi, Costume féminin de Nulvi, (années 1930).

 




Costume femminile di Iglesias, Costume féminin de Iglesias, (années 1930).

 


Donna di Desulo, Femme de Desulo, (années 1930).

 


Donna di Desulo con bambino, Femme de Desulo avec un enfant (années 1930).


 


Donna di Desulo con cesto, Femme de Desulo avec un panier (années 1930).





Donna di Desulo al telaio, Femme de Desulo au métier à tisser (années 1930), Oliena, Hôtel-Restaurant Su Gologone.

 


Donna di Desulo all'arcolaio, Femme de Desulo au rouet, (années 1930), carreau en terre cuite peinte et vernie, 20 cm x 20, réalisé par Margelli, Sassari.


 

Sposa sarda, Mariée sarde (années 1930), carreau en terre cuite peinte et vernie, 20 cm x 20, réalisé par Margelli, Sassari.

 

 


A convegno, Le rendez-vous, (1935), plat en faïence peinte et vernie, diamètre 33,2 cm : Lenci Turin Italie, Oliena, Hôtel-Restaurant Su Gologone. 

 


Donne di Aritzo
,
Femmes d'Aritzo, (débuts des années 1930), coupelle en faïence peinte et vernie, diamètre 12,5 cm, réalisée par Margelli, Sassari, cadre original.



Donna con bambini, femme avec enfants, (débuts des années 1930), coupelle en faïence peinte et vernie, diamètre 12,5 cm, réalisée par Margelli, Sassari, cadre original.

 


Idillio campestre, Idylle champêtre, (débuts des années 1930), assiettes en terre cuite peinte et vernie, diamètre 26,5 cm, réalisées par Margelli, Sassari.

 


Donna di Oliena, femme d'Oliena, (débuts des années 1930), assiette en terre cuite peinte et vernie, diamètre 38,5 cm, réalisée par Margelli, Sassari. 

 


Costume maschile di Orgosolo, Costume masculin d'Orgosolo, (années 1940).

 




 

Studi preparatori per mattonelle ceramiche, Etudes préparatoires pour carreaux en céramique, (années 1940), émail synthétique sur papier, 20 cm x 20. Les figures représentent les costumes féminins de Ploaghe, Desulo, Quartu Sant'Elena, Nuoro.









Modelli preparatori per mattonelle ceramiche, Modèles préparatoires pour carreaux en céramique, (années 1940), collage de papiers en couleurs, 20 cm x 20. Les figures représentent les costumes féminins de Grosio (Valtellina), Delebio, Val Gardena (Venezia Tridentina), Bassa Valtellina.



Costume femminile di Atzara, Costume féminin d'Atzara, (années 1940), Oliena, Hôtel-Restaurant Su Gologone.



Costume femminile di Fonni, Costume féminin de Fonni, (années 1940).



Costume femminile di Ploaghe
, Costume féminin de Ploaghe (années 1950), émail à froid sur carreau en céramique, 20 cm x 20. Le cadre est l'oeuvre de Iride Altara.



A suivre.

Retour à l'accueil