Edina Altara et Vittorio Accornero de Testa se marient en 1922 et s'installent dans un premier temps à Casale Monferrato puis déménagent à Milan. Dessinateur déjà confirmé, connu sous le pseudonyme de Victor Max Ninon, Accornero est le représentant typique d'une illustration conventionnelle et élégante, selon les formes d'un art Déco plutôt impersonnel. Quand le couple commence de travailler ensemble, signant « Edina et Ninon » (la première oeuvre commune est la participation de noces, publiée par la revue Lidel dans la chronique mondaine), l'accent d'Edina Altara tend à se mimétiser jusqu'à disparaître derrière le professionnalisme correct mais parfois un peu incolore de l'époux. Il est difficile de dire, par exemple, où se situe la contribution d'Edina dans les planches pour Storie di Barbabionda, Barbagrigia e Barbabianca , Histoires de Barbe-blonde, Barbe-grise et Barbe-blanche, recueil de fables intitulé Mimma de Cesarina Fanfulli Coppini.



Vittorio Accornero de Testa.

 

Le registre le plus naturaliste des images et la multiplication des détails d'ambiance sont sans aucun doute attribués à Ninon, seulement ça et là la présence d'une autre main et des idées différentes dans l'affleurement d'une touche fantastique ou d'une solution constitutive inattendue, comme sur la planche Astra, Aladoro, Fiordispine e Sennino si separano, Astra, Aladoro, Fiordispine e Sennino se séparent, organisée sur la répétition de la figure principale, presque dans un jeu de miroirs. Dans Il piccolo re, Le petit roi, de André Lichtenberger, le poids différent des signatures fait penser que l'auteur principal des illustrations soit Edina Altara, mais à ce point-là la symbiose stylistique avec le mari est totale. En 1933, le menu pour le transatlantique Conte di Savoia, Conte de Savoie, aux images de couples de touristes aristocratiques dans des lieux dédiés d'un exclusif Tour in Italy, est signé plus sobrement Edina Altara et Vittorio Accornero : ici, il est non seulement impossible de distinguer le style de l'une et de l'autre, mais aussi le style des époux Accornero de celui d'autres illustrateurs Déco reconnus [par exemple, Loris Riccio (Palerme, 1899-Sassari, 1988)] dont la marque graphique sophistiquée exclut toute inflexion individuelle.

Source : Giuliana Altea, Edina Altara, Editeur Ilisso, collection I maestri dell'arte sarda (Les maîtres de l'art sarde), 2006, 127 pages, uniquement disponible en italien. Texte extrait de la partie intitulée Edina e Ninon (Edina et Ninon), pp. 34-35. Traduit de l'italien par Patricia Tutoy, le 25 septembre 2009.



Edina Altara et Max Ninon. Ortensia - … Poi ha preso i fiori, e mi ha domandato come si chiamano, Hortensia - … Puis il a pris les fleurs et m'a demandé comment elles se nomment, illustration pour L. Guardabassi Chiari, La sua piccola amica, Sa petite amie, Il Giornalino della domenica, 15 septembre 1924.



Edina Altara et Max Ninon. Illustrations au cliché au trait pour Cesarina Fanfulli Coppini (Mimma), in Storie di Barbabionda, Barbagrigia e Barbabianca, Histoires de Barbe-blonde, Barbe-grise et Barbe-blanche, R. Bemporad & fils éditeurs, 1924.



Edina Altara et Max Ninon. Illustrations au cliché au trait pour Cesarina Fanfulli Coppini (Mimma), in Storie di Barbabionda, Barbagrigia e Barbabianca, Histoires de Barbe-blonde, Barbe-grise et Barbe-blanche, R. Bemporad & fils éditeurs, 1924.



Edina Altara et Max Ninon. Illustrations au cliché au trait pour Cesarina Fanfulli Coppini (Mimma), in Storie di Barbabionda, Barbagrigia e Barbabianca, Histoires de Barbe-blonde, Barbe-grise et Barbe-blanche, R. Bemporad & fils éditeurs, 1924.



Edina Altara et Max Ninon. Un acino per ciascuno, Un grain pour chacun, illustration au cliché au trait pour Paola Lombroso Carrara (Zia Mariù, Tante Mariù), Storie di bambini che conosco, Histoires d'enfants que je connais, G.B. Paravia & Cie, 1927.



Edina Altara et Max Ninon. Couverture et planche intérieure en demi-teinte, pour André Lichtenberger, Il piccolo re, Le petit roi, R. Bemporad & fils éditeurs, 1930.



Edina Altara et Max Ninon. Couverture de La donna, La femme, mars 1931.



Edina Altara et Vittorio Accornero. A tour in Italy – Taormina, Un tour d'Italie – Taormina, illustration de couverture pour le menu du transatlantique Conte di Savoia, Comte de Savoie, 1933.



Edina Altara et Vittorio Accornero. A tour in Italy – The Dolomites, Un tour d'Italie – Les Dolomites, illustration de couverture pour le menu du transatlantique Conte di Savoia, Comte de Savoie, 1933.

A suivre.

Retour à l'accueil