Samedi 29 novembre, sur la piazza Maggiore de Bologne, les chercheurs italiens ont délivré le message suivant : La ricerca calpestata, la recherche piétinée :

«Nous sommes des femmes et des hommes, jeunes ou moins jeunes, précaires, chercheurs, techniciens, employés de l’administration, travailleurs à temps déterminé, boursiers, doctorants, collaborateurs, nous sommes celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, vivent de la recherche publique et la font vivre.

Nous sommes celles et ceux qui se donnent du mal pour expliquer ce que veut dire faire de la recherche scientifique, ce que cela signifie en termes de retombées sur la vie de tous les jours, en termes de passion, en termes de difficultés dans le travail, en termes de perspectives pour le futur.

Et nous sommes celles et ceux qui se sentent piétinés, dans leurs droits, dans leurs attentes, dans la considération et l’importance qui sont apportées à leurs travaux».

Les 1865 chercheurs en lutte contre la réforme de la ministre Maria Stella Gelmini ont tapissé la place d’autant de photographies d’eux-mêmes. Toute la journée, les passants, par leurs allées et venues, ont « piétiné la recherche ». Une action que les chercheurs en colère et inquiets face à la destruction, depuis des années par l’Etat italien, de la recherche publique ont organisé à l’attention des citoyens : expériences scientifiques pour les petits et les grands, interventions et réponses aux questions, distribution de thé et de vin chaud, animation en paroles et en musique par la Banda Roncati.

A l’initiative du CNR (Conseil national des recherches) et de l’INAF (Institut national d’astrophysique), l’objectif de cette journée était de sensibiliser l’opinion publique sur le délabrement de la recherche publique et d’expliquer l’importance des enjeux. Il s’agissait aussi de rappeler la précarité dont les chercheurs, comme beaucoup d’autres Italiens, sont les victimes.

Les découvertes de la recherche publique, tant en Italie qu’en France ou ailleurs, ont considérablement amélioré les conditions de vie de l’Homme dans divers domaines. Quand la recherche publique est délaissée, la recherche privée prend le relais et, selon ses propres objectifs, commercialise et destine aux nantis des progrès dont la majorité d’entre nous devrait bénéficier.

http://www.laricercacalpestata.it

 Alla ricerca dei fondi perduti, A la recherche des fonds perdus.



Precario della ricerca. Précaire de la recherche.



 



Images de Sergio Dolce, http://www.segnalidivita.com

Retour à l'accueil