Publié par Patricia Tutoy

Pour Marina PETRELLA

 

Jamais je n'aurais pensé à ça

C'est arrivé dans mon pays à moi

 

Dans mon cher hexagone

Le pays des droits de l'homme

Hypocrisie d'état

 

Je suis désolée

Mais comment le dire

Mais comment l'écrire

Je suis dégoûtée

Jamais ça n'aurait dû arriver

Je me sens triste et souillée

 

Soi-disant recherchée

Alors que jamais tu ne t'es cachée

Tu avais un beau métier

Tu avais fondé une famille

On a brisé la confiance de tes filles

 

Mais où est donc la justice

Qui se doit d'être impartiale

Qui se doit d'être sensée et réfléchie

Qu'est-ce que j'aurais dit, à dix ans,

Si on m'avait volé ma maman ?

Si elle était en train de mourir

A cause d'un pays qui la fait souffrir ?

Si j'avais déjà compris l'équation

"Extradition de Marina

Égal mensonge d'état" ?

 

Maudits soient ceux d'où vient cette décision !

 

Je suis désolée

Mais comment le dire

Mais comment l'écrire

Je suis dégoûtée

Jamais ça n'aurait dû arriver

Je me sens triste et souillée

 

Ils ont commencé par Paolo Persichetti

Continué par Cesare Battisti

Maintenant c'est toi...

Mais pourquoi ?

 

A croire que faire le mal

Est un métier qui réussit !

 

Par pure démagogie

Pour tenter de nous duper

Essayer de nous apaiser

Le président de mon pays

"Demande ta grâce" à l'Italie

Ce n'est pas "ça" qui va calmer

Tes soutiens et tes amis

 

avec toi nous sommes désolés

Et nous sommes tous en colère

Le mot "France" a un goût amer

Nous continuerons à dire

Que nous sommes dégoûtés

Nous continuerons à écrire

que nous sommes tristes et souillés

 

Et que jamais, jamais

Cela n'aurait dû arriver

 

POUR TOUS ET TOUTES IL EST PAR NOUS EXIGÉ

 

LA VIE, LA PAIX, LA LIBERTÉ

 

LA VIE, LA PAIX, LA LIBERTÉ

 

LA VIE, LA PAIX, LA LIBERTÉ

 

Écrit le 1er août 2008, à Paris

Christine Mirété


L'auteure du poème armée d'un stylo, telle qu'elle aime à se définir :

Paris, esplanade de Beaubourg, rassemblement de soutien à Marina Petrella et aux réfugiés politiques italiens, jeudi 4 septembre 2008.

Commenter cet article

Jean-Claude Saget 08/09/2008

Bravo et merci à Christine pour ce poème qui exprime avec émotion et justesse ce que nous éprouvons toutes et tous.

CM 08/09/2008

pour une fois j'me trouve cro mignonne !
bisous
christine