Publié par Patricia Tutoy

Paris, place de l'Hôtel de Ville, le 17 août 2008.


Un bel hôtel de ville en termes d'architecture, un beau panneau en expo pour rappeler qu'il y a des otages dans le monde et l'engagement de la ville de Paris pour leur liberté.

La ville de Paris considère-t-elle qu'à quelques kilomètres d'elle ou bien en elle des personnes sont :
- les otages d'une politique d'un ministère de l'immigration et de l'identité nationale (Cherchez l'erreur !) dévastatrice menée tambour battant par un Brice Hortefeux no nice ?
- les otages d'une politique d'extradition (les réfugiés politiques italiens) orchestrée par Fillon et Sarkozy ?

Ajoutons à cette première image une seconde image :

Deux membres du comité de soutien à Marina Petrella ont diffusé des tracts, ce 17 août 2008, pour sensibiliser Parisiens et touristes. Elles ont accepté d'être photographiées par Denise du Réseau Education Sans Frontières (RESF).

 

Comment Paris met-il en oeuvre son engagement pour la liberté de tous les otages dans le monde, en France, dans la ville même ? Quelles actions concrètes ?

Paris brûle-t-il de ces contradictions ?

 

Commenter cet article

Mirété Christine 19/08/2008

yessa ! c'est bien envoyé !
magnifique !
d'autant plus que c'est bien illustré !
tu veux que je te dise ?
L'histoire jugera !
bravo et merci
Christine