Deux événements marquent l'actualité de l'Italie depuis le début de la semaine :

- Berlusconi voile un tableau de Giambattista Tiepolo,

- Berlusconi déploie 3.000 militaires dans les grandes villes italiennes.

Ça commence comme ça... Impunité totale pour le président du Conseil (Silvio Berlusconi), le président de la République (Giorgio Napolitano), le président de la Chambre des députés (Fausto Bertinotti) et le président du Sénat de la République (Renato Schifani), censure d'un tableau, défilé de militaires dans les rues, fichage des Roms, et après ?

La soif de pouvoir de Berlusconi, et celle de décider ce qu'il veut quand il veut, rappelle une période de l'Histoire italienne pas si lointaine : l'ère fasciste de Benito Mussolini...


3 août 2008 :

Dans la salle de conférences de presse du Palais Chigi à Rome (équivalent du Matignon français à Paris), une reproduction du tableau La vérité dévoilée par le temps de Giambattista Tiepolo (Venise, 1691 - Madrid, 1770) couvre la totalité d'un mur. Au centre du tableau, on peut apercevoir le sein nu d'une femme.

Lors d'une récente conférence de presse, les journalistes ont constaté qu'un voile recouvrait ce sein :


C'est pourtant Berlusconi himself qui avait demandé l'installation de cette reproduction dans la salle de presse. Aujourd'hui, selon les conseillers en communication du Cavaliere, le sein pourrait ternir son image et troublerait les spectateurs !



Depuis le 4 août 2008 et pendant 6 mois, renouvelable une fois, 3.000 militaires italiens sont déployés dans les grandes villes de la Péninsule (Milan, Rome, Naples, ...) pour en assurer la sécurité aux côtés des policiers déjà en fonction.

Cette mesure, objet d'un décret signé par les ministères de l'Intérieur et de la Défense italiens, le 29 juillet dernier, fait partie du "paquet sécurité" voulu par Berlusconi.

Formulons des voeux pour que Sarkozy, roi du "paquet fiscal" en France, ne devienne pas un adepte du "paquet sécurité" de son idole transalpine ! Quoique... ça a déjà commencé en France...
Retour à l'accueil