ou Skyblog, WordPress, Tumblr, que sais-je, le choix est vaste, tu trouveras bien ton bonheur, t'as qu'à surfer sur le ouèbe. Mais, au fait, que veux-tu faire avec un blog ? Tu n'as pas d'ordinateur ni même une connexion Internet.

Les grands yeux verts de Marie-Bernadette me regardaient comme si j'étais le bon Dieu, celle qui allait enfin la mettre à la page, la virtuelle. Je n'ai jamais tenté de l'écarter des voies célestes et impénétrables du Seigneur, têtue qu'elle est dans sa résistance à croire en Dieu et en ses saints, ses saintes et ses anges, particulièrement Gabriel. Va savoir pourquoi celui-là, qu'elle ne rencontrera jamais, sauf dans ses rêves, peut-être. Sur ce sujet, pas question de lui faire entendre raison : elle rencontrera Gabriel, devenu au fil du temps son ange gardien. Marie-Bernadette est convaincue (on ne sait pas par qui ni comment) qu'il veille sur elle à chaque instant de ses jours, et même les nuits quand elle roupille à qui mieux mieux, ronflant tel un corps de garde qui a trop picolé.

- Alors ? Tu veux faire quoi avec un blog ?

- Euh. Je ne sais pas vraiment. Parler de Dieu, oui, ça c'est le socle, après il faut voir ce que je pourrais publier. Peut-être des photos des rassemblements chrétiens auxquels je participe, des textes, des poésies qui mettent Dieu en valeur. Des trucs comme ça, en gros. Mais dis-moi, Patricia, c'est quoi la différence entre un blog et un site ?

- Bon, le blog c'est gratuit, en principe. Un hébergeur te propose une plate-forme en mettant en avant la gratuité, à toi la publication de textes et de photos. Tu peux choisir la présentation de ton blog via plusieurs options disponibles, la police de caractères, la couleur, la taille, etc. Quant au site, tu dois payer la construction de la plate-forme. il sera unique mais tu en paieras le prix. Je suppose que tu veux pouvoir publier toi-même, n'est-ce pas ?

- Oui. Tu m'aideras au début ?

- Oui, Marie-Bernadette, je t'aiderai jusqu'à ce que tu sois à l'aise avec le système et autonome. D'accord ?

- D'accord. Bon, revenons au choix : blog ou site ? Franchement, je n'ai pas envie de payer : le blog, ça suffira. Si je me lasse, je ne perdrai pas d'argent. Donc, tu me dis Blogger, Skyblog, WordPress, Tumblr. Et pourquoi pas Facebook ?

- Tu connais Facebook, Marie-Bernadette ?

- Ben oui. Le curé a son Facebook, ça l'aide à recadrer des brebis égarées, dit-il, et à faire de la pub pour la paroisse.

- Ah bon ?

- Tu as l'air étonné, Patricia ? Et pourquoi pas ?

En effet, pourquoi pas. Avec Marie-Bernadette, nul besoin d'épiloguer, la plupart du temps elle reste ferme sur ses positions et n'écoute pas les contre-arguments, quel que soit le sujet. Elle a ses idées, un point c'est tout. Quand on la connaît, comme moi, depuis au moins cinquante ans, on ne tente pas d'infléchir les lignes droites de son esprit tout dévoué à ses bondieuseries. Il n'y a que ça qui compte pour elle, c'est sa vie : le catéchisme dispensé aux enfants, les messes en tous genres (baptême, communion, mariage, obsèques), la kermesse du curé une fois l'an, le Secours catholique, les visites à Rome pour écouter le pape du moment, les pèlerinages à Lourdes et à Lisieux, et depuis l'année dernière les manifestations. Je fus abasourdie quand elle m'annonça son engagement dans la lutte contre le mariage pour tous, contre la gestation pour autrui (GPA), contre la procréation médicalement assistée (PMA). Elle agita même sous mon nez le drapeau rose qu'elle avait l'intention d'accrocher à la fenêtre de la cuisine de son appartement, la seule à donner sur le boulevard, et que tout le monde verrait. Je parvins à la dissuader d'afficher son point de vue à la fenêtre.

- Ben, pourquoi pas ?

- En effet, pourquoi pas, Marie-Bernadette, mais as-tu songé aux conséquences d'un tel affichage dans notre petite ville ? Explique-moi pourquoi tu vas te commettre dans La manif pour tous ? Tu les connais, toi, les instigateurs de cette vague rose-bleu layette ?

- Quelles conséquences ? Me commettre ?

- Réponds aux questions, ne répète pas, s'il te plaît.

- Les conséquences sur les fidèles de la paroisse seraient retentissantes pour toutes les activités que nous proposons. Et je ne pense pas me commettre, comme tu dis. J'ai des opinions bien tranchées sur le mariage pour tous, je ne vois pas pourquoi les homosexuels pourraient se marier. Ce n'est pas dans la logique de la nature deux hommes ensemble, ou deux femmes. Tu comprends, le modèle c'est Marie et Joseph, une femme et un homme, parents de Jésus.

- Marie-Bernadette, s'il te plaît, rappelle-moi comment a été conçu l'enfant Jésus ?

- Par le Saint-Esprit.

- C'est qui celui-là ? Sincèrement, Marie-Bernadette, tu crois à cette histoire du Saint-Esprit ?

- Oui, je crois à cela.

Fin de la discussion. Marie-Bernadette est accrochée à ses convictions et à ses croyances qui donnent sens et sentiment d'être utile dans une vie dédiée à la crèche avec ses Rois mages, l'âne et le bœuf. Auprès de Marie-Bernadette, on apprend la tolérance et on respecte, avec une incommensurable empathie (et des noeuds à l'estomac), ses excès religieux. D'ailleurs, à ce propos, je lui ai proposé, l'année dernière, de lire Le cantique de l'apocalypse joyeuse de l'écrivain finnois Arto Paasilinna. Mon but était de lui ouvrir l'esprit sur d'autres points de vue. Rien à faire. Elle s'est même fâchée quand je lui ai lu mon résumé du livre : « ah oui, tu n'as retenu que ça, toi, la gauchiste athée : un brûleur d'églises. » (1).

- Marie-Bernadette, s'il te plaît, une nouvelle fois, ne me traite pas de gauchiste athée. Est-ce que je te traite de catho droitière ?

- Pardonne-moi.

- Ton pardon, je n'en veux pas. Je préfère tes excuses.

- Excuse-moi. Bon, nous parlions des hébergeurs de blogs. Pourquoi ne me proposes-tu pas Overblog ? Arcobaleni est bien hébergé chez Overblog, n'est-ce pas ?

- Oui, il est hébergé chez Overblog. Sais-tu qu'au 31 juillet, au coeur de l'été, j'ai reçu un courriel de l'hébergeur annonçant la mise en place de publicités sur Arcobaleni ? Tiens, voici la teneur du courriel :

Chers OverBlogueurs,
Depuis bientôt 10 ans OverBlog évolue grâce à vous. Vos blogs formidables et vos idées créatives nous motivent chaque jour à travailler encore plus pour vous procurer tout ce dont vous avez besoin pour publier vos idées.
Le web évolue également et OverBlog se doit aujourd'hui de s’adapter afin d’assurer sa pérennité et son développement.
Pour continuer de vous fournir un espace d’expression libre, gratuit et facile d’accès, votre blog intégrera prochainement quelques espaces publicitaires. Ce changement va nous permettre de continuer de vous apporter un service de qualité. De nombreuses nouveautés vont bientôt voir le jour, vous permettant d’améliorer vos publications et de renforcer votre présence sur le web.
Afin d’accompagner ce changement, notre offre Premium s’adapte. En tant que membre Premium, vous pouvez choisir de masquer totalement la publicité sur votre blog ou de l'afficher et ainsi de monétiser votre blog grâce à notre Partenariat Droits d'Auteur.
Pour vous permettre de faire ce choix plus facilement, OverBlog vous offre 50 % de réduction sur votre Pack Premium (6 mois achetés / 6 mois offerts) grâce au code 6mois2014 à renseigner lors de la dernière étape de souscription dans le champ "code promotionnel".
Nous vous remercions chaleureusement de votre soutien et de votre confiance.
L'équipe OverBlog
www.overblog.com

- Et qu'as-tu fait pour éviter la pub sur Arcobaleni ?

- J'ai réglé 29,94 euros. L'année prochaine, je débourserai 59,88 euros.

- Pourquoi ne te fais-tu pas de l'argent avec ce blog ?

- Marie-Bernadette, ne trouves-tu pas qu'il y a assez de pub comme ça autour de nous ?

- Si j'ouvre un blog sur Overblog, je prendrai l'option publicité, si je peux me faire un complément d'argent, je n'hésite pas une seule seconde !

- Tu veux parler de Dieu sur ton blog, supporteras-tu des publicités pour des chambres d'hôtel, des sous-vêtements féminins, des bagnoles ou encore des sites de rencontres ? Penses-tu aux visiteurs du blog ? Peut-être seront-ils excédés par ces publicités ?

- Tu as peut-être raison. Je vais réfléchir avant de choisir l'hébergeur. Blogger me paraît bien, c'est bien là que se trouve ton autre blog ?

- Oui, Flore en Valois est chez Blogger.

- Je me laisse une semaine de réflexion. Pendant ce temps-là, je récupère le vieil ordinateur de la paroisse et je prends une connexion Internet. Tu m'aideras ?

- Oui, je t'aiderai.

Enfin, pour son anniversaire, j'ai offert à Marie-Bernadette le dernier livre, publié en France, du même Paasilinna. Elle refusa d'emblée le livre, arguant la légèreté avec laquelle je considère la religion. J'insistai. En contre-partie, elle me pria de lire, en son intégralité, l'édition sur sept jours de son journal préféré La Croix. J'obtempérai. Il ne faut pas décevoir Marie-Bernadette, sinon c'est la guerre. Pour avoir la paix, je lus donc La Croix.

Un jour, en me promenant, je l'aperçus au jardin public. Comme elle était en train de lire le livre offert, je me cachai derrière un arbre et l'observai. Elle paraissait aux anges. Et ça tombait bien car le livre narre les aventures de Ariel Auvinen, un ange gardien formé par Gabriel. Je remarquai le visage radieux de mon amie d'enfance. Je savais que ça ne durerait pas. Je m'approchai d'elle, deux bises et immédiatement elle embraya : « Je vais te lire un extrait, le bouquin est génial, merci merci merci, c'est un beau cadeau ».

- Oui, si tu veux, je t'écoute.

« Les anges ont de nombreux moyens d'aider les marins en péril ou égarés dans des zones semées d'écueils. Ils peuvent momentanément faire tomber le vent afin de limiter les risques, ou, s'ils ne manquent pas d'imagination, augmenter la profondeur des flots sous les petits bateaux. Ariel décida d'essayer la première solution. Un appel à Dieu, et aussitôt les bourrasques se calmèrent, mais le voilier, sur sa lancée, poursuivit sa course vers les récifs que l'on apercevait du ciel, à fleur d'eau.
Dans l'effervescence du moment, tout à sa volonté de bien faire, Ariel Auvinen ne vit pas à temps la ligne à haute tension qui enjambait le lac à cet endroit. Ailes grandes ouvertes, il vola droit dessus et s'y emmêla. Des étincelles jaillirent des câbles électriques, de la fumée s'échappa de ses plumes, le courant fut coupé dans la ville d'Imatra. La rupture de la ligne à haute tension arrêta même les plus proches usines papetières, mais des centrales d'appoint prirent heureusement le relais pour alimenter les installations industrielles, les hôpitaux et les autres services essentiels.
L'ange réussit de justesse à s'agripper à l'un des câbles. En cet instant critique, il ressentit un pincement de jalousie à l'égard des hirondelles et des autres petits oiseaux qui parvenaient sans difficulté à se percher sur les fils télégraphiques sans avoir à gigoter comme lui.
Voir le voilier qui passait sous la ligne à haute tension virer élégamment de bord avant les écueils et regagner tranquillement des eaux sûres ne lui apporta qu'une maigre consolation. Il était accroché à deux mains au câble électrique, ses immenses ailes pendouillaient en torche, ses pieds pointaient vers les vagues du Saimaa. Des lèvres pieuses de l'ange gardien s'échappa un solide juron : « Bon Dieu de merde ! ». » (2).

Advint un silence sépulcral. Marie-Bernadette me regarda, l'air haineux, la bouche tordue par la douleur et comme paralysée d'avoir prononcé, à haute voix, le juron de l'ange gardien Ariel Auvinen.

- Te rends-tu compte, Patricia, je n'avais jamais proféré d'insulte à l'égard de Dieu tout-puissant !

- Mais, ce n'est qu'un livre avec une histoire. Et puis, les anges n'existent pas.

- Ils existent ! Moi, je crois à leur existence !

(1) Le brûleur d'églises.

(2) Arto Paasilinna, Les mille et une gaffes de l'ange gardien Ariel Auvinen (Denoël & D'ailleurs, Paris, 2014, pp. 38-39).


Patricia Tutoy, le 11 octobre 2014.

Tu veux ouvrir un blog ? Choisis Blogger

Lombez, le 25 septembre 2014. Photographie : Patricia Tutoy.

Retour à l'accueil