Si tu aimes les vaches et les vrais paysans, viens à Amiens le 28/10/14

"Venez en masse soutenir les prévenus des 1000 vaches !

Le 1er juillet, le procès des neuf militants de la Conf' poursuivis suite aux actions menées sur le site de l'usine des 1000 vaches a été reporté au 28 octobre. Ils devront alors comparaître pour dégradation en réunion, incitation à la dégradation en réunion, vol, recel, ou encore refus de prélèvement ADN.

Il y a clairement une volonté de criminaliser l'action syndicale, et de laisser Michel Ramery poursuivre son projet destructeur en toute impunité. Ce sont les lanceurs d'alerte qui sont poursuivis, pendant que l'agriculture s'industrialise aux dépends des paysans et des citoyens, avec la bénédiction de nos gouvernants.

Face à ce deux poids deux mesures, la Confédération paysanne choisit de convoquer officiellement les fossoyeurs de l'agriculture à leur procès. Il se tiendra en même temps que celui de nos militants, devant le tribunal d'Amiens." Source et plus d'informations sur le site de la Confédération paysanne.

Saint-Léger-des Prés, le 10 septembre 2014. Photographie : Patricia Tutoy.

Saint-Léger-des Prés, le 10 septembre 2014. Photographie : Patricia Tutoy.

Moi, je m'appelle Suzanne, et j'ai le numéro 2892. C'est plus facile de me repérer avec ce numéro fixé sur les oreilles et surtout ça permet à mon éleveur de ne pas s'emmêler les pinceaux avec les vaches de ses trois associés. Au total, nous formons un troupeau de 161 bestioles. Nos éleveurs se sont regroupés pour mutualiser les prés où nous paissons en toute liberté et la laiterie où tout est automatisé pour la traite du matin et celle du soir. Mise à part l'automatisation de la traite, nos éleveurs sont de braves gars qui travaillent à l'ancienne et qui nous assurent tout le confort pour que notre lait soit le meilleur. Je suis une vache heureuse. Je passe le plus clair de mon temps dans des prés pleins d'herbe grasse du Pays de la Bretagne romantique (ça c'est le nom que les politiciens du coin ont donné à la communauté de communes !), à Saint-Léger-des-Prés en Ille-et-Vilaine. Quand le soleil s'en donne à coeur joie, je broute mon herbe à l'ombre de pommiers qui produisent une pomme remarquable donnant elle-même un excellent cidre, paraît-il. On prend soin de nous au moment de la traite : lorsque nous sommes engagées dans le tourniquet (cf. photo ci-dessous) et avant de nous coincer les pis dans la trayeuse, nos éleveurs nous les essuient avec des linges propres (lavés deux fois par jour dans une machine à laver installée au centre du tourniquet). Quand la traite est terminée, ils appliquent une graisse qui évite des gerçures aux pis. Le tout se déroule au son de musiques modernes sorties d'une radio que nous, les vaches, n'avons pas choisies. Je préférerais des morceaux de musique classique parce que des chercheurs de l'Université du Wisconsin ont découvert que la production de lait augmente de 7,5% chez les vaches qui écoutent de la musique symphonique [si tu ne me crois pas, lis donc le livre de Alessandro Baricco, L'âme de Hegel et les vaches du Wisconsin, (1998)]. De toute façon, une vache c'est loin d'être bête. Là, je pense à ma cousine Momone qui paît peinarde dans son pré normand : c'est la seule vache télépathe au monde. Tu ne savais pas ? Tu as des lectures en retard, l'ami-e ! Plonge-toi illico dans les bonnes pages de Larchmütz 5632 de Jean-Bernard Pouy (1999). La Momone est tout à fait capable de planquer un révolutionnaire recherché par la police qui, on le sait, ne s'aventure jamais sous la bouse des vaches.

Mes 160 copines de prés et moi avons eu des nouvelles des 1000 vaches de la ferme-usine : deux sont déjà raides mortes, c'est raconté ici. Parce que, vois-tu l'ami-e, une vache produit du lait qu'on va transformer en fromages, yaourts, crème fraîche, etc. Du coup, si le lait est dégueulasse, tu mangeras de la merde et tu attraperas un tas de saletés et un tas de maladies ! Et puis, nous les vaches, nous sommes des êtres vivants : pourquoi nous infliger les pires conditions de vie au travail ? Allez, toutes et tous à Amiens pour soutenir nos paysans !

Patricia Tutoy, le 24 octobre 2014.

Saint-Léger-des-Prés, le tourniquet-trayeuse, le 10 septembre 2014. Photographie : Patricia Tutoy.

Saint-Léger-des-Prés, le tourniquet-trayeuse, le 10 septembre 2014. Photographie : Patricia Tutoy.

Saint-Léger-des-Prés, la trayeuse, le 10 septembre 2014. Photographie : Patricia Tutoy.

Saint-Léger-des-Prés, la trayeuse, le 10 septembre 2014. Photographie : Patricia Tutoy.

Saint-Léger-des-Prés, avant la traite, le 10 septembre 2014. Photographie : Patricia Tutoy.

Saint-Léger-des-Prés, avant la traite, le 10 septembre 2014. Photographie : Patricia Tutoy.

Retour à l'accueil