Des épis furent installés au début du XXème siècle afin de stabiliser le chenal de la Loire et, ainsi, faciliter la navigation des bateaux, mais au fil du temps l'équilibre du fleuve a été perturbé par ces ouvrages et par les activités humaines, comme l'extraction massive de sable.

« Placés dans le lit du fleuve, les épis sont implantés de manière transversale par rapport à la berge. Les épis les plus anciens sont caractérisés par des enrochements plus petits, et par la présence d'un noyau en sable, parfois conforté par des pieux en bois. Invisibles il y a un siècle, puisque calés sur le plus bas niveau de l'eau, ils font maintenant partie du paysage ligérien car ils émergent en étiage de manière significative, traduisant l'abaissement de la ligne d'eau.

Entre Les Ponts-de-Cé et Nantes, de longueur variable et espacés en moyenne de 250 mètres, les quelques 700 épis constituent un enchaînement presque continu sur les deux rives. »

Source : Brochure Épis de Loire, Si les épis m'étaient contés..., (éditée avant le remodelage des épis de Loire entre Chalonnes et Bouchemaine).

Bouchemaine, village de La Pointe, un ensemble d'épis.

Bouchemaine, village de La Pointe, un ensemble d'épis.

Bouchemaine, village de La Pointe, sur un épi (recto), vers la rive gauche de la Loire.

Bouchemaine, village de La Pointe, sur un épi (recto), vers la rive gauche de la Loire.

Bouchemaine, village de La Pointe, sur un épi (verso), vers la rive droite de la Loire.

Bouchemaine, village de La Pointe, sur un épi (verso), vers la rive droite de la Loire.

Bouchemaine, village de La Pointe, depuis le chemin de halage, vers la rive droite de la Loire.

Bouchemaine, village de La Pointe, depuis le chemin de halage, vers la rive droite de la Loire.

Bouchemaine, juillet 2014. Photographies : Patricia Tutoy.

Retour à l'accueil