Oui, Royal, prénom Ségolène. Elle est dans le coup aussi. C'est Le Canard enchaîné, daté du mercredi 18 juin 2014, n° 4886, qui offre, en première page (en bas, à droite), à ses lectrices et lecteurs Une devinette pleine d'entrain : « C'est une devinette à deux balles. Qui, dans le gouvernement Valls, est responsable des Transports ? Le secrétaire d'État Frédéric Cuvillier. Et qui est le ministre de tutelle de Cuvillier ? Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie. Et qui a entendu Ségolène intervenir sur le conflit SNCF ? Personne. La preuve qu'une ministre ne sort pas forcément de son train-train dès que ça déraille. »

Ce mardi 24 juin, à l'Assemblée nationale, les député-es votent pour ou contre la réforme ferroviaire. En dehors de l'hémicycle, place des Invalides (Paris), un rassemblement de cheminot(e)s et d'usagères et usagers est prévu.

Nous, usagères et usagers, subirons, tout comme les cheminot(e)s, encore et toujours plus les effets de cette réforme, écrivons plutôt cette contre-réforme. En effet, une réforme est un changement de caractère profond, radical apporté à quelque chose, en particulier à une institution, et visant à améliorer son fonctionnement : Réforme de l'enseignement, précise le Larousse.

Cette contre-réforme ferroviaire-là, comme les précédentes d'ailleurs, n'améliorera pas le fonctionnement de la SNCF, et adieu service public, comme pour les PTT, l'eau, le gaz, l'électricité, l'école, l'université, la santé, la justice, etc.

Pour illustrer l'avenir du train en France, nous pouvons compter sur le président de la SNCF, Guillaume Pepy lui-même. Démonstration en image :

L'avenir du train avec la réforme Pepy/Cuvillier/Royal/Valls/Hollande/Union européenne

J'ignore qui est l'auteur-e de cette photographie. On me l'a offerte en 2011. J'en conclus que le cliché fut réalisé entre 2008 et 2011. 2008 est l'année de la prise de fonction de Guillaume Pepy à la présidence de la SNCF.

Oui, on me l'a offerte, le « on » n'est pas l'auteur-e du cliché. Même sous la torture, je ne dévoilerai pas mes sources. Bon, j'exagère, mais je préviens car Pepy et d'autres m'ont déjà repérée...

Sinon, pour conclure, Pepy, c'est le gars au centre de la photo.

Retour à l'accueil