Isaac Cordal : un monde de miniatures sur les activités humaines

« Une petite cabane réalisée dans une boue extraite de la rivière Segura passant par Blanca. Une cabane en ruines comme étendard de l'archéologie de l'abandon guettant les zones rurales. La nature semble s'être convertie en ce que nous voyons fugacement d'une ville à l'autre. L'idée m'intéresse de créer une installation délicate, qui est la propre terre manipulée, qui disparaît au cours du temps sans laisser de traces face aux masses de ciment de nos côtes bitumées, d'aéroports sans avions, ... qui représente les fondations de terre cuite d'une société qui chancelle.
C'est un retour à la cabane du bois de Walden, lieu où Henry David Thoreau s'est retiré du monde pendant une paire d'années pour réfléchir à la civilisation et à la vie dans la nature. Un parallélisme avec notre résidence à Blanca, un lieu tranquille où le Centre Negra nous a donné la possibilité de réfléchir dans le calme mais sans pause. Inspiré par le tableau The Abbey in the Oakwood de Caspar David Friedrich. »

Texte et photographies du sculpteur Isaac Cordal, en résidence artistique à Blanca, Murcia, Espagne, le 21 mars 2014, sur son site : Cement Eclipses.

Traduit de l'espagnol par Patricia Tutoy, le 23 mars 2014.

Isaac Cordal : un monde de miniatures sur les activités humaines
Retour à l'accueil